La technique des serres en bouteilles

tomates

Vous adorez les tomates et pourtant vous vous êtes résigné à en faire pousser par vous même. Vous pensez que sans serre c’est impossible!

Et bien détrompez vous!!

Cela fait 3 saisons qu’avec une amie nous faisons pousser nos tomates avec succès et nous n’avons pas de serre. Par contre, il est bien évidemment important d’avoir quand même un terrain bien exposé et que nous sommes tributaires du temps .

Pour les tomates mais aussi les aubergines, les poivrons et les physalis nous utilisons la technique de la serre en bouteille (les meilleurs résultats restent sur les tomates, nous avons essayé sur les courgettes mais ce n’était pas terrible, en pot derrière une fenêtre exposé plein sud ça fonctionne par contre fort bien).
La technique est assez simple, la seule chose qui pour nous était peut-être un peu compliqué c’est de récolter assez de bouteilles en plastiques. bouteilles1Et là les amis adeptes de soda, jus de fruits, eau et autres boissons vendu en bouteilles on était bien sympa 🙂

Nous avons un budget assez restreint et donc l’objectif est d’utiliser surtout des techniques qui sont peu coûteuses, et la technique des serres en bouteille l’est quand bien même vous devriez acheter des bouteilles d’eau, les moins chères, transparentes font parfaitement l’affaire et la bonne nouvelle c’est qu’au moins vous les recyclez plutôt que de les jeter 🙂

Donc il faut :

  • des bouteilles avec leur bouchon
  • des billes d’argiles ou argex (un conseil, préféraient les acheter dans un magasin de bricolage (voir de matériaux) vous en aurez peut-être trop (et dans ce cas l’achat groupé ou la redistribution aux amis, voisins peut-être pas mal) mais vous payerez moins chère que les petits sachets vendu en jardinerie)
  • du terreau : premier prix, sans engrais c’est très bien
  • de l’eau, vous pouvez utilisez de l’eau de pluie
  • un cutter ou une bonne paire de ciseau
  • du papier collant
  • un marqueur
  • des étiquettes collantes, facultatif mais fort pratique
  • des graines, bien sûr!

 

C’est assez simple, on coupe la bouteille au 3/4 dans la largueur mais sans couper jusqu’au bout, il faut pouvoir refermer la bouteille.bouteilles3

On met ensuite un fond de bille argiles environ 2-3 doigts, on oublie surtout pas de verser l’eau au ras des billes avant de mettre de le terreau. On tasse un peu la terre en poussant un peu avec la main, puis on met les graines qu’on enfonce à peine sous la terre.

Le nombre de graines par bouteille : d’abord tout dépend si c’est une bouteille de 1.5 L ou de 2L. Et aussi du nombres de plantes que vous souhaitez/pouvez mettre dans votre jardin. Généralement nous mettons 3 à 4 graines dans une bouteille (chacune à l’opposé de l’autre), on peut aller jusqu’à maximum 5 dans une grosse bouteille après les plantes sont trop serrés lorsqu’elles se développent. Vous pouvez aussi n’en mettre que 2 (je ne dirais pas une seule histoire de prévenir les risques, qu’une des deux ne germent pas ou ne survivent pas).

Pour finir on referme la bouteille à l’aide du papier collant, on indique avec une étiquette ce qu’on a planté : par exemple des tomates cerises black cherry (miam!) ou on écrit directement avec le marqueur sur la bouteille.

Il ne reste plus qu’à les placer derrière le rebord d’une fenêtre et d’attendre que ça germe et que ça pousse!

Généralement en une semaine les tomates sortent, les aubergines et les poivrons compter parfois un peu plus. Tout dépend de la température donc s’il y a plus ou moins de soleil, de si vous chauffez ou non.

bouteilles0

Il faut quand même faire attention avec cette technique que les plantes ne filent pas, c’est-à-dire qu’elles auraient une très grande tige toute fine et peu de feuilles, ce qui les rend très fragiles. Pour éviter ce phénomène, il est important de veiller à ce que les plantes est une période un peu plus « froide » (bon pas trop non plus hein si vous les mettez dehors d’un coup à 0° elles ne vont pas aimer). Au départ, on s’en fiche un peu, l’important est que la plante germe et pour ça il lui faut de la chaleur mais par là suite, soit vous coupez le chauffage et donc la nuit, elles auront une température plus basse mais pas trop. Ou alors vous les mettez pour la nuit dans une autre pièce plus fraîche.

bouteillesQuand les plantes commenceront à arriver près du bouchon, vous pouvez alors ouvrir la bouteille, leur laisser le temps de s’acclimater je dirais une petite semaine environ.

Et ensuite vous pouvez les repiquer,  peut-être que certains les mettent directement au jardin, c’est peut-être faisable dans le sud mais ici ça me parait risquait. Et vu la quantité de limaces que nous avons, autant être prudent avec les jeunes plantes encore bien tendre.

Donc nous préférons les habituer en douceur, on les repique dans des pots contenant un mélange de terreau et de terre de jardin pour qu’elles s’habituent sur la terrasse. Généralement on arrive comme ça au mois de mai, idéal pour les mettre en pleine terre.

La bonne nouvelle c’est que du coup, si vous êtes en appartement avec un balcon (ben oui quand même), vous pouvez quand même faire pousser vos propres tomates du début à la fin 🙂 Attention tout de même à replanter dans un contenant assez profond pour que le pied de tomates puissent se développer correctement, préférez les variétés « pour pot » qui feront des petits plus petits buissons moins envahissant du coup et qui reste assez productif.

Un dernier conseil, si vous cultivez sans produits chimiques, ce que j’espère. Lorsque vous dégusterez une de vos délicieuses tomates, pensez à récupérer les petits « pépins » et à les faire sécher au soleil ou au dessus d’un radiateur. Vous éviterez ainsi d’avoir à racheter des graines mais en plus, vous avez plus de chance que les plants provenant de ces graines soient plus résistant car adapté à votre sol, c’est donc tout bénef!

Alors prêt à faire pousser vos propres tomates ???