21 jours de gratitude : J16

Une belle et difficile journée…

J’en suis à mon 16e jour de gratitude et je n’ai toujours pas changé mon bracelet de poignet et même mieux, aujourd’hui à 14h j’avais déjà écrit mes 5 gratitudes de la journée et même plus. YES!!

Pourtant mon mental me maltraite, et je m’en suis rendu compte au moment où j’allais commencer à écrire. J’allais dire que c’est une journée bof alors que pas tant que ça puisque j’ai pu écrire 5 mercis en une demie-journée, c’est que quand même il m’est arrivé des trucs bien mais le mental est un petit malin et à la première occasion il est là pour nous taper dessus.

J’allais dire que c’est une journée bof parce que je ne suis pas sortie de chez moi sauf qu’en même temps je suis malade. Tiens d’ailleurs je me disais que c’était une journée sans plus justement parce que je suis malade; une belle rhino-pharyngite de changement de saison, avec le nez bien pris ce qui vous anesthésie le cerveau et vous file un espèce de mal de crâne en bruit de fond. Pourtant il y a vraiment pire, j’ai déjà eu des migraines pire que ça, ou là la seule solution c’est d’aller se coucher.

J’allais aussi dire que c’est une petite journée pas très énergique parce que j’ai pas fait grand chose et là je suis bien contente d’avoir des petites choses en place pour me rappeler que c’est mon mental et pas la réalité! Mes petites do-list ou listes tout court et également cet exercice de gratitude parce que souvent je remercie en fonction de ce qui c’est passé, de ce que j’ai fait dans la journée.

Et donc c’est vrai je n’ai pas fait de grande chose, je voulais ranger tous mes placards de cuisine et réaménagé ça mieux et je ne l’ai pas fait, en même temps il n’y a pas d’urgence, ça sera pour être jour où je serais plus en forme. C’est peut-être mieux d’ailleurs de le faire motivé plutôt qu’en traînant des pieds parce que la chose qui m’anime c’est « il faut ».

Je n’ai pas rien fait, j’ai échangé avec une amie de longue date qui m’exprimait à quel point je lui manque et ça m’a fait chaud au coeur, cette discussion en valait vraiment la peine car elle m’a donné le sourire. Et j’ai eu d’autres échanges vraiment sympa, des témoignages très chouettes, et je suis vraiment reconnaissante pour ça 🙂

Et puis, j’ai même avancé sur un travail que je dois rendre, ce qui n’est pas rien vu ma tendance à la procrastination et à quel point je ne sais pas par quel bout prendre ce truc.

J’ai même lancé le projet que j’avais avec une amie d’échanges de service, maintenant je n’ai plus qu’à croiser les doigts pour que ça fonctionne.

Et puis tout le reste de la vie quotidienne, quand on est malade c’est déjà pas si mal quand même. C’est là que je sais que je dois me rappeler la bienveillance envers moi même et l’auto-empathie…

J’aurais toujours envie que mes journées soient ultra remplies, efficaces avec plein de choses bien concrètes dedans, faire des gros, des grands trucs….alors que pourtant il y a aussi un certain bonheur dans les petites choses donc oui faire de belles et grandes choses c’est génial, ça me rend euphorique mais à force c’est un peu épuisant aussi. Et dernièrement j’ai appris à mes dépends qu’il fallait aussi se respecter, respecter des temps de pauses, de repos, de ressourcements.

D’ailleurs je suis curieuse, c’est quoi vos petits ou grands trucs qui vous ressource ?

Si vous ne savez pas, je vous invite vraiment à y réfléchir, je vous donne une petite idée sur ma liste, à vous deviner 🙂

Publicités

21 jours de gratitude : Jour 13

Mais qu’est ce qu’il devient ce bracelet???

Me voilà, à un peu plus de la moitié et mon bracelet n’a pas changer de poignet une seule fois!

Je dois reconnaître que j’ai un peu une baisse de régime, l’hyper-enthousiasme du début est un peu redescendu. Il y a eu des jours où j’ai du me creuser la tête pour trouver quelque chose à écrire, notamment après l’épisode foireux du chat adopté qui risquait de revenir à l’association.

En tout cas je ne sais pas si l’univers m’a entendu mais pour le moment mon petit protégé reste chez ses adoptants, ouf! J’aurais été vraiment triste qu’il revienne ici, non pas que je n’aime pas ce chat mais juste je sais qu’ici avec mon chat et mon nouvel accueil il n’aurait pas été très à l’aise alors que chez l’adoptante et il est heureux. Il a un super copain et je vois son regard de chat heureux sur les photos, ça m’aurait vraiment fait mal au coeur.

Cela dit, je suis assez fière de ne pas avoir lâché malgré tout dans ce genre de mauvais jour. En faite, j’en ai profité pour me recentrer sur des basiques : remercier pour l’énergie que j’ai eu à faire des choses dans la journée, pour un bon repas, d’être en bonne santé, pour les plantes qui poussent sur mon balcon, d’avoir passé une bonne nuit… Finalement les petits mercis que je devrais dire quotidiennement parce que j’ai quand même eu des très mauvaises nuits, pas d’énergie, un repas mauvais (souvenir d’internat) et donc c’est l’occasion de remercier pour ce qu’on a là tout de suite et qu’on a pas envie de perdre ou que cela s’arrête.

L’écriture de ce blog m’a aussi pas mal aidé et m’a encouragé à continuer d’écrire des articles même si c’était dans d’autres domaines. Le fait d’écrire, m’a permis de réaliser que finalement j’arrivais belle et bien à trouver des solutions quand il y avait des difficultés.

Parce que sinon dans ma tête, je me suis dit « mouais ce défi, il est juste trop facile, tu serais bien capable de dire merci juste parce qu’il faut ». Je vous présente ici, Gérard, ce que Christine Lewicki appelle la petite voix rabajoie, ou ce qu’Eckart Tolle appelle l’ego, ou ce qu’Isabelle Padovani mettrait dans les « voix intérieures ».

Vous trouverez les livres de ces auteurs sur la nouvelle page, ici : références et pour Isabelle Padovani, je vous conseille sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/kergwenael11 mais elle a également une page facebook et un site internet : communification. Sa démarche s’inscrit principalement dans la CNV : communication non violente. Je vous ferai un article prochainement sur la CNV 😉

En faite Gérard c’est un peu le type avec qui tu es obligé de vivre parce qu’il fait parti de toi mais qui bien souvent de pourrir outrageusement la vie. Alors pour des tas de personnes ce n’est à priori pas un problème, et je doute donc qu’on les voit un jour sur un chemin de développement personnel et donc sur ce blog. Pour moi c’est assez difficile à gérer, car ça m’a pourrie la vie, au point de me saboter royalement et de mettre mon projet de vie vraiment en danger (oui, oui ça sera aussi dans un autre article sinon je vais encore vous faire un article à rallonge mais j’y pense et ça progresse dans ma tête 🙂 )

Il y a quelques mois, pour décrire qui est cet ego que moi j’ai surnommé Gérard (mais vous pouvez le surnommer comme vous le voulez), j’ai écrit ceci à une amie, j’espère que ça vous parlera sinon jetez un œil sur les références cité plus haut.

« Gérard c’est le copain de toujours, il est toujours là, c’est celui qui te raconte à quel point t’es une incapable et que quoi que tu fasses de toute façon t’es bonne à rien… C’est lui qui lance pansouillard le hamster dans sa roue sans fin de monologue de cerveau. C’est celui qui quand tu veux aller mieux et changer, te bouffe de peur parce que Gérard il est un peu possessif et il a pas envie que tu lui face front et que tu le remette à sa place. Gérard c’est celui qui trouve 15 mille excuse pour que tu ne fasses rien, que tu ne te décides pas. C’est celui qui va te lancer dans l’action et qui au moindre faux pas te dira « tu vois je te l’avais bien dit ». Gérard est un manipulateur hors paire, il est très fort et il n’a qu’un but que tu ne fasses plus rien pour pouvoir encore mieux déverser son flot de pensées qui tour à tour sont incohérentes et dans le fond tu le sais bien ou au contraire te paraisse tellement logiques que tu as du mal à le repérer. »

Gérard est plus ou moins puissant et présent selon les personnes, le vécu, les expériences. Alors pour certains c’est tu es une incapable, pour d’autres c’est tu es moche, pour d’autres c’est les deux ensemble mais grosso-modo ce sont ces petites phrases qui sont là dans le fond, et qui ressortent à la première occasion et qui « donne envie de rester sous la couette à manger du chocolat » comme dirait Chrsitine Lewicki. C’est rarement d’une originalité folle et vous pourrez remarquer qu’il raconte souvent la même chose, pauvre Gérard, lol.

Pour certains c’est surement quelque chose de bien opaque ce que je raconte, personnellement je ne l’ai découvert qu’il y a quelques mois et ça m’a fait du bien. Enfin ça et la CNV et d’autres choses, mais aujourd’hui je le vois un peu mieux quand il pointe le bout de son nez et il ne m’envahit plus autant. La preuve il a beau dire que mon défi sert à rien, j’en suis quand même à 13 jours sans changer de poignet :p

Enfin, si je peux finir sur « un conseil », si vous vous lancez dans un défi de ce genre, je vous conseille de tenir un blog, une page Facebook, ou un journal intime totalement privé selon votre envie. Car ça m’aura vraiment permis de voir, que « et attends je dis que j’ai une baisse de régime mais bon je l’ai pas oublié un seul jour mon bracelet, j’ai toujours trouver au moins « 5 mercis », et je donne même des « astuces » aux gens! » (sans aucune prétention hein, ah bah tiens voilà Gérard lol).

Je réalise ainsi qu’il y a quand même du progrès, j’ai tenu plus de deux jours mon engagement, j’ai trouvé comment surpassé les fois où je serais bien aller me coucher sans avoir écrit (le « allez je l’ai fait dans ma tête! » lol, n’était pas loin parfois), j’ai réussi à me recentrer et à me concentrer sur ce qui était bon dans ma vie…

Allez je continue, enjoy ^^

Bracelet 1 : 21 jours de gratitude

Photo0136Coucou, me revoilà pour tout vous expliquer sur mon projet de 21 jours.

Et non je n’ai pas décidé de suivre directement les 21 jours pour arrêter de râler. J’ai choisi de faire 21 jours de gratitude.

Ce qui en soit n’a rien de compliqué, en même temps je n’ai pas envie de me mettre un objectif ou je vais vraiment avoir du mal, un peu comme « arrêter de râler ». Cet objectif viendra sans doute plus tard (oui parce que j’en ai pleins des idées de « 21jours », aïe, aïe.)

J’ai choisi cet objectif un peu aussi à la suite de différentes vidéos que j’ai pu regarder qui évoque qu’on attire ce qu’on « vibre ». Vous l’avez peut-être remarqué (ou pas) quand on redoute quelque chose ça finit souvent par arriver. Quand on « vibre » le manque, on l’attire souvent. Et soyons bien clair, quand on est en manque d’argent, de travail, d’amour c’est vraiment difficile de ne pas respirer ce manque, de penser à autre chose. D’être optimiste et positive attitude. J’en sais quelque chose, ayant des parents qui voient plutôt le verre à moitié vide, j’ai été élevé dans ce genre de schéma de « et si jamais…. » « oui mais s’il arrivé ceci ou cela ». On appel ça de la surprotection, moi j’appelle ça de l’éducation de la peur. Enfin c’est un autre sujet….

A la suite donc d’une vidéo, j’avais écrit sur une feuille de papier, tout ce pourquoi j’étais reconnaissante dans ma vie à ce jour.

Petite remarque : nombreux sont les conférenciers qui vous conseille d’écrire à la main et je vais dans leur sens. J’aime bien écrire à la main et surtout je crois que les mouvements de l’écriture font que les choses s’ancrent en nous et dans notre vie bien mieux quand on écrit à la main. 

J’ai donc écrit tout une page qui m’a remplit en effet de gratitude, pourtant ma vie n’avait rien de bien flamboyant. Pourtant j’ai pu écrire tout une page, je me suis concentré, j’ai cherché la moindre chose qui pouvait me faire éprouver de la reconnaissance. Dans cette liste je peux vous donner un exemple il y avait : avoir un bon lit. Ben oui, j’aime dormir, j’aime les grasses mâtinés et j’ai des problèmes de dos et d’insomnie. J’ai souffert parfois d’une mauvaise literie alors aujourd’hui avoir un bon matelas me fait du bien. J’ai aussi écrit sur cette liste quelque chose qui semble dérisoire et pourtant : avoir un toit. Oui c’était l’hivers et j’y pensais à tous ces gens qui dormaient dehors, et non ce n’était pas pour me donner bonne conscience, vraiment j’étais heureuse d’avoir un toit. Vraiment je rentre chez moi le soir, et je me dis : ahhhh je suis rentrée! Et oui c’est vrai si on pouvait virer les voisins (lol) mais en dehors de ça j’aime mon appartement et surtout plus que celui d’avant dans lequel je me sentais pas hyper bien.

Le plus dur c’était les tournure des phrases car je ne devais pas écrire : « je suis reconnaissante d’avoir un toit MEME SI mes voisins font trop de bruit ». Les mais, même si, pourtant, toutes les tournures négatives ont oublie. Aujourd’hui je force même le trait à éviter les « un petit peu » ou tout ce qui tend à minimiser. Je me dis j’ai de la gratitude ou je n’en ai pas, simplement pour être aussi la plus honnête avec moi même.

J’ai écrit cette liste de manière tout à fait honnête et authentique pour autant de là, à aller croire que ça changerait quelque chose, il fallait pas pousser mémé dans les orties non plus…sauf que!

Je n’ai aucune idée de si c’est un « éveil de conscience » et donc que j’ai été plus attentive ou si vraiment l’univers à décidé de m’envoyer des gros signaux, toujours est-il qu’il m’est arrivé des choses vraiment vraiment chouette ensuite. J’ai trouvé un billet de 10€, j’ai croisé un renard dans un endroit parfaitement inattendu et pour moi qui suit passionnée d’animaux c’était le cadeau +++, on m’a proposé de faire quelques heures pour remplacer quelqu’un, on m’a offert une énorme cagette de bon légumes… De quoi me faire bien réfléchir…au final ça m’a parru logique d’attirer du bon quand j’émanais du bon, quand j’avais de la reconnaissance pour ce que la vie m’apporté et en plus ça avait quelque chose de magique comme si plus j’éprouvais de la gratitude, plus il m’arrivait des bonnes choses.

Et puis bon la vie a repris son cours et j’ai moins fait attention sans doute, alors je n’espère pas « reproduire le miracle » car honnêtement je crois que les signaux ont été bien gros juste pour que j’y réfléchisse pour de vrai car sinon je n’y aurais sans doute pas cru. Je me suis juste dit, que ce petit truc de gratitude pouvait m’apporter de la joie et me faire du bien. Juste me mettre un peu en action et voir ce qui se passe avant de monter la marche suivante.

Donc c’est simple j’ai un bracelet que je porte maintenant depuis déjà 7 jours! Une semaine, youpie!!

Et oui il m’aura fallu un peu de temps avant d’oser me lancer dans ce blog.

Pour le moment tout va bien, je tiens le bon bout, pas de changement de poignet. J’écris simplement tous les jours sur une feuille de papier ce pour quoi j’éprouve de la gratitude, un peu comme si je remerciais l’univers pour ma journée, pour chaque instant, chaque petit bonheur et le plus souvent chaque pas que je fais vers celle que je souhaite être. Si j’oublie ou si je n’en trouve pas 5 avant d’aller dormir, je devrais changer le bracelet de poignet.

Je me rends compte que comme porter un bracelet n’est pas hyper habituel pour moi, je vois qu’il est là et alors je pense à la gratitude, je pense à ce que je vais écrire le soir ou parfois j’écris en cours de journée quand un truc me vient. Je me suis fixé un minimum de 5 choses, pour le moment j’écris souvent plus que 5 choses et c’est rarement les mêmes choses. J’essaye vraiment de me concentrer sur la journée même si je m’autorise de « remercier » pour quelque chose que j’ai oublié de noté la veille mais pour lequel j’ai vraiment eu de la gratitude.

Je remarque aussi que ça m’apporte des questions, ça me pousse à passer à l’action. Qu’est ce que je vais faire aujourd’hui pour faire un pas vers celle que je veux être ? (c’est un peu une adaptation que Christine Lewicki pose dans ses conférences, si j’ai bien compris). Qu’est ce qui me remplirait de gratitude ? J’ai envie d’écrire pleins de choses sur ma feuille le soir et pour ça il faut bien que je bouge de mon canapé qui ne m’apporte pas grand chose quand même. Ça m’aide aussi à voir du positif et donc plutôt le verre à moitié plein qu’à moitié vide et ça fait du bien.

En tout cas depuis 6 jours, il c’est passé des événements pas toujours ultra joyeux dans ma vie, j’ai éprouvé de la colère par exemple, à la suite d’un mail ou simplement à cause d’une personne qui m’a grillé la priorité en voiture. Pourtant de manière globale, je me sens plus enjoué et j’ai un peu plus d’entrain qu’avant. Je me remet à aller de l’avant, à m’intéresser à des choses et à me dire que je pourrais essayé si ou ça et souvent je finis par le faire, comme avec ce blog par exemple 😉

Alors qu’avant j’avais souvent des envies mais elles restaient là haut dans ma tête et puis c’est tout. Pour ma part ce n’est qu’à moitié dans ma nature, je pense que ces derniers mois j’étais comme ça plus en réactions à tous les mois où j’ai agis, agis et encore agis, où je courrais partout sans toujours savoir pourquoi mais au moins personne ne pouvait me dire que je faisais rien de mes journées, que j’étais faignante ou ce genre de chose. (Si vous vous posez la question, oui, oui c’est comme ça qu’on fait un « burn-out »).

Ce qu’il y a de bien aussi avec ce défi, c’est que j’apprend à avoir un peu plus de discipline et de rigueur. Ce n’est vraiment pas mon fort et pourtant parfois (voir souvent) dans la vie ça me serait bien utile, il y a des chances que je ne devienne pas quelqu’un d’ultra rigoureux pour tout et tout le temps, et je ne crois pas le souhaiter. Par contre, de temps en temps être capable de tenir un engagement envers moi même ça serait pas mal. Donc oui, ici il y a peut-être peu de risques que change de poignet, sauf si j’oublie….et dans mon cas, vu ma pratique de haute voltige de la procrastination, je serais bien capable d’aller me coucher sans être passé par la case écriture de ma petite feuille. Enfin, pas de raison d’y penser plus que ça, vu que je tiens le bon bout et que je reste motivée!

Voilà, vraiment je suis satisfaite de ce qui se passe dans ma vie et ça me motive pour continuer, d’ailleurs c’est l’heure pour moi d’aller écrire sur ma petite feuille, toutes les petites choses qui ont fait que c’était une bonne journée 🙂

 

Le début du blog

n1289471185_143354_8976

Bonjour à tous,

Cela fait un moment que j’écoute et lis des témoignages de diverses personnes sur des challenges qu’elles se sont lancés et pour se donner du courage, elles tiennent un blog.

Plusieurs partagent, justement que la tenue d’un blog les a aidé dans leurs démarches.

Des projets, des envies, des espoirs de changements et d’évolution j’en ai pleins, des tas même.

J’en ai tellement qu’il m’est difficile de trier dans ma tête, de faire un ordre de priorité au milieu de tout. Ce qui finit par une simple et bonne conclusion, un peu comme quand on doit ranger sa maison. Quand il y a trop à ranger, on a du mal à voir par où commencer et donc on ne fait rien. Enfin je ne fais rien, je procrastine…

Moi et la procrastination on est des bonnes copines! Ah on en a passé des heures ensembles, elle était là quand je stressais pour les examens, quand j’attendais une réponse importante, quand je me disais qu’il fallait que je range tout le bazar qu’il y avait chez moi parce qu’il y en avait autant dans ma tête, et je pourrais encore vous citer mille exemples de sa présence.

A force j’ai découvert que la procrastination cesser quand on en avait vraiment marre, et pas genre un petit peu, quand on est là à dire « oh pff j’en ai assez » mais que dans la seconde on trouve autre chose à faire. Non, elle s’arrête quand vraiment vraiment la coupe déborde. Ça demande souvent du temps et même de l’aide, c’est presque certain. La procrastination est moi on est toujours copines mais on se voit moins souvent parce que je l’ai décidé. Oh bien sûr, tout n’a pas changé miraculeusement et on se voit encore peut-être un peu trop et dans ces moments là, je me dis que là tout de suite je ne sais pas faire autrement, voir même que j’ai besoin d’elle. Ben oui des fois je me dis que la procrastination a du bon! On va pas se flageller à vie non plus, il y a pleins d’autres domaines pour s’en donner à cœur joie ne vous inquiétez pas, lol.

Enfin à force de lire tous ces articles, de regarder pas mal de vidéos, je suis tombée sur Christine Lewicki (http://www.christinelewicki.com/).

Alors au départ j’ai regardé cette vidéo « oser incarner votre vie », sur un autre site, parce que ça me parlait, je n’avais pas du tout fait le rapprochement que c’était l’auteur de ce livre si bien connu désormais « j’arrête de râler ». Ahhhh ce livre, il m’a fait de l’œil tellement de fois dans les rayons des librairies et je me disais quand j’aurais un peu plus de sous, je le lirais.

Étrangement, je suis tombée dessus alors qu’il venait juste de sortir et puis il est revenu à moi plusieurs fois, il semblait très bien se vendre…et pourtant des années après je ne l’avais toujours pas acheté!

Mais en découvrant que c’était elle, ça m’a encore plus interpellé, je suis restée scotché devant mon écran….jusqu’à ce que les larmes roulent, encore et encore. Voilà touché, en plein dans le mille, l’écho est là!

Jusqu’à ce que je sente qu’à l’intérieur de moi « ça fasse ouah!! alors c’est donc ça! »

Ce genre de moment plutôt rare finalement et pourtant tellement précieux, voilà tu le tiens ce moment là, tu ne veux plus le lâché et tu le sais au fond de toi, plus rien ne sera tout à fait pareil. Non, je vous voie venir, non j’ai pas vue la vierge et je ne me suis pas convertie à je ne sais quoi. J’ai juste compris quelque chose sur moi, sur ma vie, quelque chose qui à cet instant là était vital, quelque chose qui m’a redonné la pêche et j’en avais fameusement besoin mais je vous raconterais ça dans un autre article sinon celui ci ne va jamais se finir.

Ce moment a été si précieux que je n’ai pas envie de le perdre. Je n’ai pas envie que la procrastination et ma petite voix interne vienne de nouveau reprendre sa place et que ce moment reste un moment. Non, j’ai eu envie d’en faire un point de départ. De m’y accrocher aussi fort que je pouvais pour faire des changements que je souhaite dans ma vie. J’y ai vu là une opportunité de grandir, de faire autrement.

Ainsi j’ai repris son idée du bracelet : son but « arrêter de râler pendant 21 jours »

21 jours serait (et on le retrouve dans de nombreux articles) le temps nécessaire pour opérer un changement durable face à une mauvaise habitude ou bien pour prendre une nouvelle habitude (ce qui est ici un peu mon cas ici, oui ça vient 😉 ).

Donc chaque fois qu’elle râlait elle changeait le bracelet de poignet et le compteur des 21 jours consécutifs repartait à zéro.

Il y a quelques temps on m’aurait dit ça, j’aurais dit 21 jours, oublie moi je tiendrais même pas une journée. Un peu comme quand il y a eu le défi des abdos puis celui du yoga ou pire les 1 minute de méditations…Un peu comme les je vais manger « pu que de la salade! »

Ça sort un peu de nulle part, on le fait parce que les copines nous ont invité sur les réseaux sociaux et qu’on se dit qu’à plusieurs ça sera drôle, on se dit qu’on va le faire pour se donner bonne conscience. Soyons bien clair et on est plein, plein de bonnes volontés. Mais souvent ça foire, là je me suis dis que le coup du bracelet, c’était quand même vraiment bien vu! S’attacher quelque chose au poignet, quelle meilleur métaphore pour signer un contrat avec soi même!

Et surtout j’ai vu la chose autrement, je me suis dis d’abord que j’allais le faire à MA façon, non pas que je me prétende mieux que tout le monde, simplement à force d’essayer des choses on se rend compte que ce qui fonctionne le mieux c’est quand on adapte l’astuce à nous, pour la faire sienne. Ensuite je me suis dit, ok je veux tenir cet engagement, pour moi et rien que moi, c’est juste pour rendre ma vie plus belle et je ne rendrais de compte à personne. Je veux m’y tenir et pour autant si je dois changer de poignet, je me poserais la question : pourquoi je change de poignet ? qu’est ce qui m’a fait me planté ?

Je ne veux pas me flageller, je veux juste saisir l’opportunité d’apprendre. C’est donc aussi un fameux travail de non jugement.

Avec tout ça en poche ou plutôt dans ma tête, j’ai décidé de faire 21 jours de gratitude. Et je vous en parle dans un autre billet car là je tombe de sommeil.

Belle nuit les couches tard et les insomniaques et tous les autres aussi 🙂