Le lombricomposteur maison

Aujourd’hui, je vous donne toutes les infos sur la fabrication de mon lombricomposteur.

D’abord j’ai du trouvé des caisses de la bonne dimensions car je voulais quelque chose qui puisse tenir sur mon balcon et de pas trop encombrant pour que pendant l’hivers ça ne prenne pas toute la place dans mon appartement. Et il fallait quand même que ça soit assez grand pour que les vers puissent se développer et que ça suivent au niveau de mes déchets.

lombricoJe devais également trouvé des caisses qui s’empilent, j’aurais préféré faire de la recup mais ça n’a pas donné grand chose alors après plusieurs mois à espérer trouver les bonnes caisses empilables juste comme il faut et de la bonne taille, je me suis décidé à regarder dans les magasins. J’ai finit par trouvé mon bonheur dans un magasin de bricolage qui faisait d’ailleurs une promo, chouette!

J’ai donc choisit une grande caisse dans laquelle je peux emboiter une seconde caisse sans que celle ci ne touche le fond + un couvercle pour éviter que les vers se fassent la malle et garder une certaine chaleur à l’intérieur.

Voilà ce que ça donne : lombricomplet

Une fois que j’ai eu ça, j’ai commencé à regarder pour les vers : il faut des Eisenia foetida ou Eisenia andreï qui sont des vers qui
décomposent la matière contrairement aux lombrics, nos habituels vers de terre qui eux font plutôt des galeries et ont plus un rôle pour mélanger les différentes couches du sol.
Bon au début, me croyant bien maligne je voulais les deux vu que j’avais lu qu’ils dégradaient des matières plus ou moins dur. Je me disais, ils sont complémentaires, si je met les deux, mon système tournera donc deux fois mieux. eiseniaEt je me croyais bien maligne avec ma trouvaille jusqu’à ce que je lise que le
croisement des deux donnent des vers stériles! Blup, blup…raté, raté enfin heureusement je n’en avais pas encore trouvé ou même acheté. Car oui ça se vend et c’est pas vraiment donné. Heureusement il y quelques sites, forums et groupe facebook assez sympa ou on peut demander à des gens qui habitent près de chez nous de nous en fournir quelques uns. Les vers se développent très rapidement et en même temps ils régulent leur population en fonction de l’espace disponible et de la nourriture présente donc il n’y a pas de risque d’en céder une partie à quelqu’un et puis c’est chouette une fois qu’on a fait un don, etque l’autre personne a une belle quantité de vers elle peut aussi proposer de donner quelques vers à une autre personne qui veut débuter et ainsi de suite.

Enfin en parallèle de ma recherche de vers, j’ai continuer la fabrication de mon trou lombrilombricomposteur donc dans la caisse du dessus j’ai percé plusieurs trous dans le fond pour permettre au jus qui se forment de s’écouler et donc que le composte ne soient pas trop mouillé et éviter la noyade des vers. Bon pas de perceuse pour moi alors j’y suis allée au cutter et à la vrille, pas fort académique mais tout à fait correct.

J’ai récupérer un peu de terreau, une plante morte par faute d’arrosage (no comment), des feuilles mortes, du papier journal, du carton. J’ai aussi récupérer une toile d’hivernage que je pense mettre au dessus au début p
our imiter le tapis d’humidification qu’on vend souvent avec les lombricomposteurs.

J’ai eu quelques hésitations au niveau de l’aération au niveau du couvercle ou les avis des uns et des autres ne vont pas dans le même sens. Il me semble évident que les vers ont besoin d’oxygène en même temps des caisses en plastiques ce n’est pas non plus un bunker. Et le gros problèmes c’est que ces trous d’aération laissent passer les mouches premières responsables des mauvaises odeurs dans un lombricomposteur.
Enfin à force de lire différent témoignages et de poser des questions ici et là, je pense que je vais plutôt ajouter des trous sur les parois de mon lombricomposteur,lombri c’est une idée que quelqu’un m’a partagé car il a vite tendance à poser quelques chose dessus et je confirme depuis qu’il est là, c’est devenu un meuble « pose tout ». Il m’expliquait aussi qu’il avait peur de renverser une substance nocive pour les vers dessus et il n’a pas tord c’est vite arrivé. Ca m’a également fait penser que je compte mettremon lombri dehors pendant la belle saison et qu’il n’y a pas d’abri contre la pluie, donc les vers prendraient une fameuse douche si l’eau passent par les trous ou stagnent sur le couvercle et se déversent dedans. Donc des trous sur les parois ça me parait mieux. Si je l’ai fait assez petits les mouches ne devraient pas passer mais sinon je pense que je mettrais un morceau ma toile d’hivernage pour faire comme une moustiquaire, ça pourrait être pas mal.

Enfin voilà, j’ai hâte de commencer. J’attends le retour d’une dame pour aller chercher mes nouveaux copains ^^

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s